nos bios

Couple de navigateurs-journalistes, nous nous sommes peu à peu installés dans cette micro-ferme bretonne à partir de 2018, après plus d’une vingtaine d’années de voyages autour du monde.

Auteurs de livres et de reportages en presse, photos, radio, et TV, nous avons surtout travaillé sur les impacts sociaux et écologiques de la mondialisation néolibérale et les luttes sociales qui lui résistent. Nos reportages ont principalement été réalisés en Amérique Latine, notamment chez les peuples amérindiens. Quelques-uns de ces sujets sont référencés sur le site de Cécile qui continue à écrire et à travailler par intermittence pour la radio et la télé, tout en se dédiant principalement au potager et à notre autonomie alimentaire.

Après ces années de nomadisme, nous avons eu envie de poser nos sacs de marins pour enfin « cultiver notre jardin » ! Nous avons pu acheter un terrain de 7000 mètres carré, principalement agricole, doté d’une maisonnette abandonnée, de deux granges en ruine et d’un garage. Habitués à naviguer au long cours et à vivre sur nos voiliers, la pratique de l’autonomie, du DIY et de la débrouille était naturelle pour nous. Si un marin doit savoir tout faire à son bord, il apprend aussi beaucoup en voyageant. Au cours de nos périples, en effet, il a bien fallu parfois embrasser toute sorte d’autres métiers : menuisier, soudeur, charpentier-couvreur et réparateur/trice de bateau… Notre curiosité et nos reportages nous ont aussi mené chez des paysans et chez des peuples autochtones de plusieurs continents qui nous ont transmis certains de leurs savoirs.

Notre ancien voiler « BASTA »

Riches de ces expériences, nous nous sommes lancés assez instinctivement dans l’autoconstruction et l’agroécologie. Tout faire de nos propres mains est non seulement une nécessité (faute de moyens), mais aussi une façon plaisante de nous émanciper des dépendances subies, tout en réaffirmant notre créativité.

Pour compléter ces savoir-faire et sa polyvalence, Daniel a participé à une formation de construction en ossature bois et bottes de paille, « pro-paille ». Il a aussi suivi le Cours Certifié de Permaculture de l’Université Populaire de Permaculture et le cours de formation des formateurs en permaculture. Cécile, qui a d’abord réussi un potager productif en auto-formation, a obtenu une certification en agroécologie lors de la formation « Réussir son installation en maraichage sur sol vivant » dispensée par l’association Maraichage Sol Vivant Normandie.

Aujourd’hui, si ce petit bout de terrain nous offre un horizon bien moins vaste que l’océan, il nous donne pas mal de grains à moudre et charrie des brouettes de projets : cultiver de quoi se nourrir, fabriquer sa propre énergie, produire des petits fruits rouges pour en faire des jus, vendre des pizzas et des empanadas cuites au feu de bois, organiser des événements festifs et éducatifs, proposer de l’accueil social à la ferme, des visites pédagogiques, et surtout, recevoir des stagiaires motivés par notre expérience pour leur transmettre le savoir-faire et le plaisir à construire, à cultiver, à bidouiller et à s’autonomiser. Afin de concrétiser ces projets, Daniel a suivi la formation CREOPSS destinée aux créateurs de projet éco-responsable, social et solidaire, proposée par nos amis de la coopérative du Champ Commun, dans le village voisin d’Augan.